jeudi 9 janvier 2014

29 et 30. ETIENNE PERROT : Les rêves et la vie - LAURENT LACHANCE : Les rêves ne mentent pas


"Les rêves sont la voie royale de l'inconscient."
disait Freud.

Etienne Perrot en est lui aussi convaincu, 
et, à la suite de son maître C-G Jung,
il s'est penché sur eux...

Pendant trente semaines, en 1978 et 1979,
des auditeurs de France-Inter
lui ont confié leurs "rêves nocturnes"
et il en a interprété plusieurs dizaines sur les ondes
dans une émission animée par Jacques Pradel.

Il en est résulté ce livre passionnant...et toujours actuel,
audacieuse actualisation de l'alchimie traditionnelle
et surtout véritable plongée dans la profondeur de l'âme,
qui est "mère des songes" et "fontaine de vie"...
.
D'après moi, un des livres les plus intéressants
sur le sujet...
A conseiller à tous les "explorateurs de l'âme"...
à tous ceux qui veulent en savoir plus
sur eux-mêmes et sur les messages de l'inconscient.
.
J'aime également beaucoup ce livre-là (1983),
malheureusement non réédité et bientôt "introuvable" :

de Laurent Lachance


Extrêmement clair et bien fait,
plus accessible que le précédent,
et vraiment complet,
il était aussi "en avance sur son temps" 
avec une conception originale et audacieuse du rêve...
.


Les rêves sont une mine d'or pour tous.
Et ils demeurent nos plus fidèles informateurs :
le monde pourra s'écrouler autour de nous,
les rêves resteront...
.

6 commentaires:

  1. Connais-tu "L'art de rêver" de Carlos Castaneda ? C'est une autre approche, intrigante et passionnante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, oui...j'ai lu le livre...avec grand intérêt...je ne le conseillerais pas toutefois en "première lecture" !
      L'approche de Castaneda est passionnante...mais non sans danger...(enfin, à mon avis).
      Dans l'aventure intérieure, je pense qu'il faut d'abord "naviguer en eau calme"...avant de prendre les "rapides" ...si tu vois ce que je veux dire...;-)

      Merci d'être passée, Marie-Claire...

      Supprimer
    2. Oui , je suis d'accord... Tu as raison. D'ailleurs, quand je l'avais lu, comme j'étais incrédule j'avais fais quelques expériences. Et puis ça avait fonctionné... du coup j'ai vite arrêté, ne sachant pas où cela pouvait mener. L'idée qu'on puisse agir dans ses rêves est comment dire... vertigineuse.
      Je passe souvent, mais ne laisse pas forcément de commentaire ;-).
      bises

      Supprimer
    3. Je comprends que tu aies eu un peu peur...Recevoir un rêve est une chose...essayer d'agir sur lui et en lui en est une autre...qui demande de "savoir ce qu'on fait"...
      Pas conseillé donc, je crois, de "jouer" avec ça...juste par curiosité !

      Je vois que tu t'intéresses aux rêves...et à l'alchimie (chez Ariaga).
      C'est rigolo, parce que l'alchimie est , en fait, quand on y réfléchit, une sorte de "cuisine élaborée"...Toutes deux sont des "arts de transformation"...
      Et puis, le titre de ton blog "Du miel et du sel" est très..."alchimique" aussi !

      Le sel , avec le soufre et le mercure est au coeur du processus alchimique et le miel, symboliquement, est une connaissance spirituelle, résultat d’un long travail intérieur !

      Tu as donc très bien choisi ce titre... :-)

      Supprimer
  2. Je n'ai jamais lu de livre sur les rêves, mais ceux que tu présentes me tentent bien. Je me suis un jour penchée sur les divers dictionnaires des rêves, mais je n'accroche pas, car j'ai remarqué qu'en les comparant les interprétations qu'ils donnent sur certains sujets ne correspondent pas... Merci pour l'info La Licorne et bon dimanche !

    RépondreSupprimer
  3. Il y a "dictionnaire de rêves" et "dictionnaire de rêves"...(j'en proposerai peut-être ici)...
    En fait, s'intéresser aux rêves suppose d'avoir de bonnes bases en psychologie (des profondeurs) et en symbolisme...sinon, c'est du "n'importe quoi" !
    S'il fallait citer un livre "indispensable" pour comprendre les images des rêves et les images symboliques en général, ce serait le "Dictionnaire des symboles" de Chevalier-Gheerbrant.
    Incontournable...

    Bon dimanche à toi aussi, Florinette !

    RépondreSupprimer